Non classé

L’iPhone débarque dans l’hexagone

28 novembre 2007

Une enquête quantitative montrerait sûrement la prépondérance des mots « iPhone » et « Asus EEE » sur la liste du Père Noël.

Commençons par l’iPhone, sorti aujourd’hui à 18h30 en France. La vente subsidiée avec Orange fait passer son coût de 749€ débloqué à 399€.
Succès assuré, mais pourquoi ?
L’iPhone, successivement téléphone, lecteur mp3, appareil photo ou navigateur internet possède une navigation très intuitive de par son écran tactile. C’est le reflet de la recette de la simplicité dont Apple a le secret.
Cependant, il y a l’envers du décor. Ce téléphone n’est pas adapté pour l’écriture rapide de sms, il n’est pas compatible avec la 3G, sa batterie serait de courte durée et sa caméra de faible résolution. De plus, Apple a signé un contrat avec seulement un opérateur par pays.

Quelle est la stratégie d’Apple avec son dernier-né ?
Envahir le marché de la téléphone mobile, pardi ! (comme dirais si bien un certain professeur du département COMU de l’UCL …)
Que dis-je le marché ? Le supermarché, oui ! Il y a deux fois plus de téléphones portables (3 milliards) dans le monde que d’ordinateurs. Les smartphones, machines à tout faire, ne cessent de se démocratiser. Sans exploser son budget, il est maintenant possible de surfer sur Internet avec son mobile. Dans les pays émergents, un internaute sur deux le devient grâce à un téléphone mobile. Il est difficile de se rendre compte de l’ampleur du mouvement.
Ce supermarché est littéralement devenu un champ de bataille. Apple se trouve tout de même face à Nokia et ses Nseries ainsi qu’à Amoi, un constructeur chinois.

 

L’Amoi E850 est le premier smartphone 100% chinois. La Chine est bien partie pour dépasser les USA dans le classement des pays comptant le plus d’abonnés au téléphone mobile.

Qu’en sera-t-il pour la Belgique?
L’iPhone est prévu pour les fêtes de fin d’année ou début 2008. La particularité de la Belgique, c’est que nous sommes un des rares pays à ne pas pratiquer le « simlock ». Cette pratique permet aux français, allemands ou espagnols par exemple d’acheter de nouveaux mobiles à moindre coût mais en étant lié à un opérateur. Cela s’appelle de la vente subsidiée, et celle-ci est interdite par la législation belge.
Dès leur entrée au USA, 17% des iPhone ont été débloqués et exportés. Le partenariat entre Apple et Orange (en France) a déjà fais couler beaucoup d’encre. En Belgique, nous n’avons pas encore ce problème d’exclusivité.
Mais qu’en sera-t-il lors de la sortie? Proximus ou Mobistar ?