J'écoute

We7 lance la musique en streaming en Belgique

27 juin 2011

Depuis la création de Spotify, nombreux sont les Belges qui ont attendu avec impatience que le fameux service débarque chez nous. Et bien, c’est We7 qui dégaine le premier et lancera mercredi un service gratuit d’écoute de musique en streaming en Belgique.

J’ai eu l’occasion de tester le site en avant-première et également de rencontrer son créateur, Steve Purdham. Le site a déjà une communauté de 3 millions d’utilisateurs en Grande-Bretagne, et commencera à bâtir sa communauté belge dès le 29 juin.

Un catalogue de 7,5 millions de titres

La base de données de We7 est déjà conséquente, car elle comporte 7,5 millions de titres. Un catalogue impressionnant !

On peut écouter de la musique de 2 façons sur We7 :

  • Lancer une radio selon nos artistes favoris ou la thématique de notre choix
  • Demander à écouter une chanson en particulier

L’utilisation des radios est gratuite et illimitée. La programmation se fera selon un algorithme et les goûts de l’utilisateur. We7 se base aussi sur Last FM pour proposer des titres pertinents.

Demander à écouter une chanson en particulier est limité à 50 demandes par mois. Soit on écoute 50 fois la même chanson, soit on écoute 50 chansons différentes. Chaque demande fera baisser le quota. 50 demandes ça peut sembler très peu, mais selon Steve Purdham « 96% des gens en Angleterre écoutent moins de 50 chansons et n’épuisent donc pas leur quota« .

Le principe de We7 : écouter de la musique

La première question que j’ai voulu poser à Steve Purdham c’est comment souhaitait-il se positionner face aux concurrents comme Deezer, Grooveshark ou encore Spotify.

Ce qu’aucun de ces 3 là ne possède mais qu’aura We7 ce sont les licences. Ils n’ont pas de licences belges. Grooveshark est un peu dans l’illégalité à ce niveau là. C’est la première chose sur laquelle We7 souhaite mettre l’accent. Pour chaque chanson diffusée, il faut rémunérer la personne qui l’a écrite et son interprète. Ecouter une chanson quand on a lancé une radio, ou demander à écouter une chanson particulière font appel à des droits différents. C’est super complexe comme fonctionnement. Chaque chanson jouée est rapportée aux différents organismes dont elle dépend.

Ensuite, il y a le comportement de l’utilisateur face à la musique, si je puis dire ça comme ça. Prenons Spotify. C’est un service sur lequel on passe du temps, on installe un programme, on créée des playlists qu’on valorise sur les réseaux sociaux.

We7 ne demande pas de passer du temps pour écouter sa musique. Il n’y a pas d’application ou de programme à télécharger, le sit web suffit. C’est écouter de la musique facilement, tout de suite, juste lancer une radio et laisser jouer le player.

Steve Purdham a d’ailleurs expliqué sur le ton de l’humour que son service plaisait énormément à sa femme, plus dans cette optique de lancer une radio et la laisser tourner, alors que son fils n’aime pas car il souhaite aller plus loin.

Il est vrai que We7 est super agréable en « laisser tourner ». La sélection des chansons est pico bello, on découvre et en même temps on retrouve, le service m’a même énormément  manqué quand j’étais seule le soir au bureau ! Je souhaitais passer de la musique, sans savoir quels morceaux exactement, et je me disais « là, j’aurais bien besoin de We7 ».

Principales sources de revenu de We7

Une autre question que j’ai rapidement voulu poser à Steve Purdham ce sont les sources de revenu du site. Car en tant que beta-testeuse, je n’avais pas de publicité mais je me doutais bien qu’il devrait y en avoir quelque part

Il y a aura deux sources de revenus publicitaires : habillage et audio. Quick sera le seul annonceur en habillage dans un premier temps.

Deux formats pour la publicité audio : un format court (de 5 secondes) et un format plus long comme à la radio (30 secondes). Il y aura une publicité tous les 3 ou 4 morceaux. C’est ce que j’appréhende le plus, car sur Spotify c’est ce qui m’avait gavée directement. Toujours les mêmes publicités, bien trop vite… A tester ici ! Steve Purdham a vraiment poussé l’analogie avec la radio à son maximum, y compris pour le choix du format des publicités mais justement je trouve déjà qu’à la radio on entend toujours la même chose

Un service d’abonnement payant sera proposé dans quelques mois pour éviter les publicités.

Quid des artistes belges ?

We7 a les licences pour diffuser des artistes de renommée mondiale comme Lady Gaga, Les Black Eyed Peas etc. en Belgique. Mais pas que. Il y a également déjà des artistes belges comme Stromae, My Little Cheap Dictaphone, Ghinzu, on a même trouvé The Subs. Et à terme, c’est ce qu’ils souhaitent développer le plus : la base de données des artistes belges.

Quelles évolutions ?

Dans le cahier des charges de Steve Purdham se trouvent :

  • Développer la base de données d’artistes belges
  • Intégrer les réseaux sociaux
  • Développer des applications pour smartphones et tablettes

En résumé

  • We7 (« We » pour « nous », « people » et 7 pour « Seven », « chiffre porte bonheur ») propose d’écouter de la musique en streaming au grand public. Pas de manipulation compliquée, juste aller sur le site, et lancer le player.
  • Disponible à partir du 29 juin à l’adresse : http://www.we7.be
  • Une base de données de 7,5 millions de titres et constamment enrichie en artistes belges.
  • Un service gratuit proposant une écoute radio illimitée, et 50 demandes de chansons en particulier.
  • Un service d’abonnement sera proposé dans quelques mois pour ne plus avoir les publicités.

 

  • Candoo 27 juin 2011 at 22 h 34 min

    Super sympa et intéressant cet article ! Merci pour la découverte

    • lowett 28 juin 2011 at 19 h 57 min

      Avec plaisir

  • Yann 28 juin 2011 at 11 h 29 min

    Intéressant. Dommage qu’ils ne semblent pas du tout se préoccuper des petites maisons de disques belges pour se lancer sur le marché belge. Apparemment, ils ont le catalogue Pias et Universal, mais je crains que ça risque vite de saouler si on ne peut écouter sur ce service que ce qu’on entend déjà partout.

    Enfin, curieux de voir si ça marchera (et surtout si ça survivra au lancement de Spotify en Belgique, par exemple)

    • lowett 28 juin 2011 at 19 h 58 min

      L’ajout des artistes belges est prévu au programme, pas pour tout de suite mais c’est un des premiers « to do » sur la liste du créateur.

      J’ai des goûts assez grand public donc j’y trouve tout ce que je cherche, forcément. Mais j’y ai aussi trouvé de la musique plus pointue.

      Frankless a aussi testé le service, il est beaucoup moins « mainstream » que moi, il est même très exigeant, et il a été étonné du catalogue ! Il ne supporte pas ce qu’on entend partout et il a tout de même été satisfait des radios créées sur base de ses recherches, où il n’a rien entendu « d’ultra commercial ».

      Faudra que tu testes…

  • Olivier 14 juillet 2011 at 18 h 56 min

    Oui, enfin, moi, ce que je cherche dans la musique en streaming, c’est plus pouvoir l’écouter sur mon téléphone portable. Un peu dans le style de Spotify avec leur application mobile !

    Mais je désespère sincèrement de voir venir ce genre de service complet arriver en Belgique !

    Pour ceux qui veulent, j’ai créé une pétition pour tenter de changer les choses. Elle n’a pas vraiment beaucoup rencontré de succès pour l’instant mais vous pourrez la trouver ici : http://www.lapetition.be/en-ligne/Musique-et-video-en-ligne-Pour-une-offre-legale-digne-de-ce-nom-en-Belgique-10089.html

    Merci d’avance à ceux qui vaudront bien poser leur signature !