J'achète Je m'habille

Mes soldes été 2014

16 juillet 2014

Cette année, j’estime avoir été plutôt raisonnable lors des soldes. Je dirais que ça va de mieux en mieux au fil des années. Par contre, je ne les ai pas beaucoup faites en ligne, contrairement à d’habitude. Je n’avais pas le temps de renvoyer et recommander si ça ne me plaisait pas donc j’ai acheté une grande partie en magasin.

Je n’ai malheureusement pas totalement respecté un principe que j’essaie toujours d’appliquer aux soldes : acheter dans des enseignes plus chères, que je ne peux pas trop me permettre à prix plein. Je n’ai tout simplement rien vu qui me plaisait dans ces enseignes-là, en magasin du moins. Sur le net, j’aurais sans doute trouvé (sur Net à Porter ou The Outnet par exemple).

Soldes été 2014

 

J’avais repéré trois choses que je voulais vraiment pour mes vacances : une robe ananas Petit Bateau et un débardeur palmiers et une veste en jean sans manches Mango. Je ne mets pas souvent d’imprimés durant l’année, du coup j’ai envie de me lâcher un peu pour l’été. J’ai trouvé la robe et le top le premier jour des soldes (tu peux voir le top ici, je l’ai oublié dans le montage). J’ai d’ailleurs eu la robe à -50%. J’ai aussi acheté un t-shirt chez Petit Bateau dont j’aimais la coupe et l’imprimé. Il va super bien avec des jeans. Par contre zéro veste en jean chez Mango, niet, nada.

Je suis retournée plus tard chez Mango, pour voir ce qu’il leur restait. Je voulais une nouvelle robe longue pour les vacances car celle que j’avais est vraiment usée (je l’ai depuis une dizaine d’années). Mon seul critère était qu’elle soit ceinturée et éventuellement qu’on puisse régler la taille des bretelles car je ne suis pas assez grande que pour pouvoir les porter sans balayer toute la ville. Et bien, ça n’a pas été facile de trouver une robe qui ait ces critères ! Elles avaient soit l’un, soit l’autre. J’ai donc abandonné l’idée des bretelles réglables et j’ai trouvé mon bonheur chez Mango, une robe longue bleu marine, cache-cœur et fendue sur le côté. C’était la dernière. Elle est bien entendu beaucoup trop longue, et comme je ne sais pas faire d’ourlet je suis allée chez Les Midinettes qui ne sont pas très loin du bureau pour qu’elles me la raccourcissent proprement. Ca a un coût (14€ + 30% car j’avais besoin de récupérer la robe rapidement) mais j’avais trop peur de me foirer avec la bande thermocollante ou que ça ne tienne pas. D’autant plus qu’il a quand même fallu la raccourcir de 12 cm ! J’ai vraiment eu un coup de cœur pour cette robe, et j’ai tellement eu du mal à en trouver une qui me plaise que j’aimerais pouvoir la garder aussi longtemps que l’ancienne.

J’ai trouvé le même jour une veste en jean sans manches, une seule, à ma taille, coincée entre les chemises en jean. Je l’ai prise, ainsi qu’une chemise en jean légère, souple et légèrement oversize. Elle sera top à la ville sur un slim, mais aussi en vacances sur mon bikini

Last but not least : je voulais un t-shirt noir qui ait un petit quelque chose en plus pour sortir le soir et qui ne soit pas transparent. Je ne sais pas ce qu’ils ont avec les t-shirt transparents pour le moment mais c’est une vraie galère d’en trouver un vraiment opaque. Blanc ou noir, d’aillleurs. J’en ai regardé plein chez Mango, ils étaient tous transparents ! Heureusement, j’ai réussi à en dénicher un assez épais du coup mais bien opaque. Il y a de la transparence sur les manches, et ça ça me va

Et toi les soldes, ça donne quoi ?

The Next Black

J’en profite pour rapidement te parler d’un documentaire que j’ai vu au mois de mai, lors de sa sortie : The Next Black. Ce documentaire parle du futur du vêtement.

Lorsqu’on pense changement climatique, écologie, environnement, les vêtements ne nous viennent pas tout de suite à l’esprit. Quand on veut changer son comportement, on se concentre plus facilement sur le tri des déchets ou l’achat d’aliments bio. Mais on achète toujours des vêtements chez H&M (pour ne citer que lui). Pourtant, l’industrie textile a elle aussi son rôle à jouer dans la dégradation de notre planète. Que ce soit à cause de la toxicité des teintures rejetées dans les eaux ou tout simplement le soin de linge (détergents, consommation d’énergie excessive, etc.). Sans parler des drames sociaux biensûr, des travailleurs surexploités qui vivent dans la misère en travaillant deux fois plus longtemps que nous par semaine pour que nous puissions nous acheter un t-shirt à 5,99€.

Ce documentaire, produit par AEG, anticipe le futur du vêtement pendant 45 minutes. Comment rendre l’industrie de la mode plus durable ? La tendance de consommation de vêtements en masse va-t-elle s’inverser ? Comment changer la donne ? Quelles sont les implications sur nos vies et sur la planète ? Telles sont quelques questions abordées durant le film.

Plusieurs techniques sont abordées dans le documentaire, de la plus futuriste et technologique à la plus réaliste. Comme par exemple la création de vêtements en impression 3D, la création de tissu grâce à des bactéries ou la possibilité de teindre les textiles sans eau.

Je t’invite à regarder le documentaire dans la vidéo ci-dessous. Personnellement, j’ai vraiment appris plein de choses.

[youtube http://youtu.be/2Bxlz3hWa58]

Ce documentaire est venu enrichir une réflexion sur ma façon de consommer les vêtements que j’ai déjà entamée il y a longtemps. Ce n’est pas toujours simple de se renseigner sur la production d’un vêtement qu’on veut acheter, même sur la provenance des matières. Qui peut dire combien vaut un vêtement aujourd’hui, exactement ? Entre des prix ridiculement bas et d’autres extrêmement élevés. Il n’est pas toujours facile de payer 149€ pour une petite robe noire alors qu’on peut avoir le même genre pour 20€ chez le suédois.