Je geek

Le « goût ambiant » : où est la diversité ?

5 mai 2015

Dans mes bras, Garance Doré. Elle a exactement mis le doigt sur ce qui me chiffonne sur la toile et en particulier le milieu lifestyle : le « goût ambiant ».

Ce « goût ambiant » qui serait « ce que tout le monde aime en ce moment, ce que tu vois partout, ce que tu aimes sans vraiment te poser de questions ».

J’ai particulièrement aimé son point sur le style blogueuse instagram. Les mêmes poses, les mêmes mises en scènes, les mêmes objets : jeans blancs ou clairs, marinières empilées, pièces Acne ou Filippa K, café en veux-tu en voilà, des plats healthy, fruits légumes et autres ingrédients photographiés sur table en bois et même ces dernières semaines le bois d’Hal ! Je n’ai jamais autant vu le bois d’Hal sur Internet. Il a suffi d’un article sur la toile pour faire connaître le bois magique à quelques minutes de Bruxelles et voilà que je suis envahie de jacinthes lorsque je parcours les réseaux sociaux. Je suis accro à Instagram, c’est le réseau social que j’aime le plus consulter mais j’ai vraiment dû trouver des comptes un peu différents pour qu’il ne ressemble pas tout le temps à la même chose.

hellomay

J’ai testé dernièrement la publication de la photo classique sur mon compte Instagram : la photo publiée en l’honneur du premier jour du mois. « Hello May ». Un brin de muguet, un rond légèrement opaque au milieu de la photo, Hello May écrit en plein milieu. La photo a presque eu deux fois plus de « j’aime » que mes dernières photos. Même celle avec mon chat n’en a pas eu autant (alors que bon… un chat quoi ! ^^).

C’est cependant la conclusion de tout ça qui est la plus frappante : où est la diversité ? Magazines en ligne, sites web, blogs, pages Facebook, comptes Instagram : tous font la course aux likes. Ce n’est pas nouveau. Mais aujourd’hui, la situation en est presque à son paroxysme : tout le monde fait du contenu dont le succès est assuré (comme la photo ci-dessus, que j’aime beaucoup mais où je n’ai pris aucun risque). Si la photo du jean clair photographié de haut, café dans une main fonctionne, allons-y gaiement. Nous sommes cernés par les recommandations forcées, les « si vous aimez ceci, vous aimerez cela », et tous ces contenus nous suivent partout où nous surfons. Tout se ressemble.

Cette absence de diversité me paralyse

Voir la même chose partout, ça tue ma créativité. Je ne sais plus de quoi j’ai vraiment envie de parler moi, en dehors de tout ce qu’on voit partout. Quand j’ai une idée un peu différente, soit c’est l’échec soit je la tue dans l’œuf en me disant que ça ne plaira pas au plus grand nombre. Et si je fais quelque chose de « tendance », j’en viens à me demander pourquoi je l’ai fait vraiment.

Je crois qu’il faut que j’essaie de ne plus penser à tout ça. De parler de ce qui m’intéresse moi, comme je l’ai toujours fait, quitte à être « trop pas goût ambiant ». Ces dernières années, mon travail m’a tellement accaparée que j’en ai délaissé le blog. Au point de ne plus savoir de quoi j’ai envie de parler, et de me poser plein de questions. Et de ne plus savoir qui me lit, qui est toujours là, s’il y a quelqu’un à qui je manque lorsque je n’écris pas.

Si avant j’avais plein d’idées mais pas le temps pour les concrétiser, aujourd’hui c’est l’inverse : je ne sais plus de quoi j’ai envie de parler. Je pense que je vais tenter de laisser libre court à ma spontanéité. Je voyais le blog comme un médium me permettant de parler plus que dans un post Facebook ou une image Instagram et donc comme un moyen d’expression plus travaillé et plus contraignant. Peut-être devrais-je laisser la place à des choses plus courtes et plus spontanées ?