J'attends un enfant

Maternité : mon premier trimestre de grossesse

7 juin 2018

Le premier trimestre de grossesse, c’est vraiment quelque chose ! J’ai écrit et article en étant enceinte de 4 mois et demi et le publie à 3 semaines d’accoucher… Certaines choses me semblent déjà loin mais pour d’autres, c’est comme si c’était hier.

La nouvelle

Lorsque j’ai annoncé ma grossesse autour de moi, pas mal de personnes m’ont demandé : « comment tu l’as su ? ». Question plutôt étonnante, je trouve… Donc je l’ai su en faisant un test de grossesse, et j’ai fait ce test de grossesse parce que mes règles étaient en retard. Rien de bien sorcier ici

Par contre, je ne m’attendais pas du tout à être enceinte. Au 1er jour de retard de mes règles, ayant un doute, j’ai fait un test. Ils annoncent que ces tests sont 99% fiables dès le premier jour de retard, voire parfois même quelques jours avant. J’avais une grosse semaine pleine de célébrations qui s’annonçait, et je voulais m’assurer de ne pas être enceinte. J’ai fait le test, qui s’est avéré négatif. J’ai donc continué ma semaine, ponctuée de quelques coupes de champagne, en m’attendant à avoir mes règles. J’en ai même eu tous les symptômes, mais elles ne sont jamais arrivées…

Donc le 99%, c’est beaucoup mais il ne faut pas négliger le 1% manquant

Après mes 2 tests positifs, j’ai fait une prise de sang chez mon médecin qui a tout de suite confirmé que j’étais effectivement enceinte.

François et moi étions super heureux de la nouvelle, que nous avons pris longtemps à réaliser… Et c’est là qu’a commencé la période que j’appellerai « celle du grand secret ».

La période du grand secret

Tous les médecins sont unanimes : les risques de fausse couche ne sont pas à prendre à la légère, et il vaut mieux annoncer la grossesse après avoir atteint le cap des 3 mois. Nous avons donc tenu à respecter cela le plus possible.

Nous avons annoncé la nouvelle à nos parents et à nos soeurs après la première échographie, vers 8 SA. SA = semaines d’aménorrhée, c’est-à-dire depuis le jour des dernières règles. Les médecins comptent comme ça ce qui fait qu’il y a un décalage de 2 semaines par rapport aux semaines de grossesse. Nous voulions être sûrs que la grossesse démarrait bien, que le bébé était bien là où il devait être, etc. C’est aussi à ce moment-là que je l’ai annoncé à ma prof de danse et à ma prof de yoga.

Nous avons attendu les 3 mois pour l’annoncer au reste de la famille et aux amis. Puis encore quelques semaines pour l’annoncer aux collègues.

Cette période de secret a été difficile à vivre pour moi, notamment à cause des désagréments liés à la grossesse (voir ci-dessous). Devoir ralentir ma vie sociale, ne pas pouvoir en expliquer les raisons, sentir que je n’ai plus aucune énergie à consacrer à autre chose qu’à mon travail car je faisais tout pour que mes collègues ne devinent pas… Alors qu’on est en train de vivre quelque chose de tellement exceptionnel ! Ce n’est pas facile. J’ai trouvé beaucoup de réconfort dans certains livres, et sur les blogs et chaines Youtube de futures mamans. Puis j’ai évidemment eu un soutien sans faille de mon mari.

Les désagréments

Après la question « comment tu l’as su ? », celle qui vient généralement c’est « est-ce que tu as été malade ? ».

Alors la réponse est oui, très malade. Je ne pensais pas du tout que ce serait à ce point là.

Après avoir appris que j’étais enceinte, j’étais sur mon petit nuage pendant 2 semaines et puis les nausées sont arrivées, vers 6SA. Elles ne m’ont quittée que vers les 4 mois de grossesse, et encore, elles font parfois un petit retour comme ça sans prévenir.

J’avais des nausées non stop, du réveil jusqu’au coucher. Je n’avais plus d’appétit, toute nourriture cuite me dégoûtait, je n’avais envie de manger que du pain et du froid. Mais n’étant pas immunisée contre la toxoplasmose, cela rendait la chose assez difficile. Cuire du riz ou des pâtes pour m’en faire une salade froide le lendemain était déjà difficile, c’est pour dire !

Puis j’ai commencé à vomir. Généralement le matin, après avoir essayé de manger quelque chose. Je buvais du thé au gingembre et je prenais de l’Antimétil, autorisé aux femmes enceintes, et j’ai eu l’impression que même le gingembre me rendait malade. Ma pire semaine a été celle où j’étais enceinte de 9 SA. J’ai dû rester à la maison. Car outre les nausées et les vomissements, je ressentais une fatigue extrême comme je n’avais jamais ressenti auparavant. Et je faisais des insomnies, pour ne rien arranger…

Je suis donc restée une semaine chez moi, à aller de mon lit au canapé en passant par les toilettes, en vomissant tous les jours n’importe quand. J’ai perdu 2 kilos en 5 jours. Par contre, j’ai réussi à bien me reposer.

J’ai repris le boulot et pris un médicament prescrit par mon médecin pour ne plus vomir, qui m’a bien aidée.

Au final, j’ai perdu environ 3 kilos sur mon premier trimestre. Je me disais donc que c’était déjà ça de gagné, car la prise de poids m’inquiétait beaucoup, par peur de ne pas savoir comment j’allais réagir à ça.

Les petits plus

Ma plus grosse envie : encore une question qui revient souvent ! Ayant totalement perdu l’appétit, je n’avais pas d’envie particulière à part le pain qui passait plutôt bien. Ainsi que de l’eau légèrement pétillante. Je ne buvais plus que ça. J’ai également eu des phases mais vraiment très très courtes de quelques jours, le dégoût venant très vite, avec : les pommes vertes, les chips au fromage Chipito et les limonades.

Mon plus gros dégoût : le café ! Je ne supportais plus l’odeur du café, que pourtant j’adore à la base. Cela me donnait envie de vomir direct. J’ai dû prendre beaucoup sur moi durant mes trajets en train, car loi de Murphy aidant, il fallait toujours qu’il y ait quelqu’un avec un café près de moi. Je me demande encore comment j’ai réussi à ne pas vomir dans le train… Encore aujourd’hui, je suis dégoûtée par l’odeur du café chaud. Par contre, l’odeur du café fraichement moulu recommence à me plaire.

Mon meilleur souvenir : les 2 échographies. Outre garder le secret, il n’est pas facile de se sentir enceinte durant le première trimestre autrement que via les désagréments. Du coup les échographies arrivent comme des moments merveilleux où on découvre enfin notre bébé. Lors de la première échographie, il ressemblait encore à un grain de riz. Par contre, nous avons déjà pu écouter le coeur et c’était magnifique. Lors de la seconde échographie, il ressemblait déjà plus à un bébé. Et nous avons été captivés de le voir bouger dans tous les sens. Nous n’arrivions plus à quitter l’écran des yeux.

Mon pire souvenir : sans surprise, les nausées et les vomissements. Ainsi que tous les gens que j’ai maudits pour des années entières parce qu’ils se sont installés à côté de moi dans le train avec leur tasse de café

 

Les achats

Je me connais, et je préfère donc encore aujourd’hui ne pas connaître le sexe du bébé afin de ne pas craquer sur tout et n’importe quoi.

En début de grossesse, les achats sont essentiellement pour la future maman et un peu le futur papa

Les livres: j’ai tout de même souhaité acheter quelques livres car sur Internet, on trouve tout et n’importe quoi comme infos !

  • Le cahier grossesse des paresseuses : j’aime bien ce livre car il est plutôt court, et détaille chaque semaine ce qui se passe dans votre corps et le développement de votre bébé.
  • Ma grossesse en 300 questions/réponses : parce qu’on se pose quand même énormément de questions lorsqu’on est enceinte, il me fallait quelque chose de plus complet que le cahier des paresseuses. J’aime beaucoup ce livre pratique et pas cher !
  • Toi, le (futur) papa geek : je voulais un livre qui parle à mon homme, du coup je lui ai offert celui-là qu’il a beaucoup aimé. Je l’ai lu moi aussi, il est facile à lire, bien écrit, avec de l’humour et de chouettes conseils.

Les vêtements : j’ai pu porter l’essentiel de ma garde-robe durant le premier trimestre. Cependant, pour être confortable, j’ai acheté 2 robes-pull. J’ai aussi dû investir très vite dans de nouveaux soutien-gorges, ayant facilement pris une taille de bonnet dès le tout début de ma grossesse. J’ai testé plusieurs modèles et marques mais les meilleurs pour moi sont ceux d’Emma Jane Maternity qu’on trouve sur Asos : celui-ci pour la journée et celui-là pour la nuit. Le système de taille est super bien fait, et j’ai trouvé la bonne taille du premier coup en me fiant à leur tableau de mesures. Alors que pour les autres marques testées, je n’ai fait que me planter à chaque fois.

Les produits pour la peau : mon médecin m’a dit de bien hydrater ma peau dès le départ, car si je sens que ma poitrine gonfle c’est qu’il faut déjà faire quelque chose. J’ai d’abord vidé mon stock de crèmes pour le corps, pour ensuite investir dans l’huile de massage anti-vergetures de Weleda.

EnregistrerEnregistrer