Browsing Tag

Bio

J'agis Je mange

Faire ses courses bio en ligne

23 juin 2015
Fruits et légumes

C’est quelque chose dont je ne parle pas souvent en dehors du blog mais il y a des principes sur lesquels je suis assez catégorique et parmi ceux-ci se trouve celui d’acheter essentiellement bio et/ou local. Lorsque je mange chez des amis, au restaurant, que je dois aller acheter un sandwich le midi… je ne fais pas aussi attention, c’est pourquoi des personnes de mon entourage sont souvent surprises quand je dis que la nourriture qui rentre dans ma cuisine est quasi impérativement bio ou au moins locale. Pas que les fruits et les légumes mais aussi la viande, les pâtes, le lait, les oeufs, le miel, bref tout ce que je peux acheter bio et/ou local, je le fais.

En conséquence, à la maison nous ne mangeons que des fruits et légumes de saison. Nous avons résisté aux fraises espagnoles pour attendre les fraises belges, nous profitons à fond des petits pois, j’ai appris à cuisiner et à apprécier les asperges… Pour beaucoup de personnes, manger de saison a un côté restrictif mais pour moi qui ait eu l’habitude d’être très difficile en ce qui concerne la nourriture, j’ai vu mes horizons totalement élargis. Et il y a tellement de façons différentes de cuisiner les légumes qu’on ne s’en lasse pas. Surtout que les fruits et légumes de saison ont vraiment du goût.

Avant, j’achetais tout ça au marché car je n’habitais pas loin du marché de Stockel. Désormais, il faudrait que je m’y rende en voiture ou en transports en commun, ce qui est moins pratique pour tout porter. Je préfère donc me faire livrer mes courses bio à domicile. Pour ce faire, j’ai deux sites chouchou: Efarmz, dont je t’ai déjà parlé dans un précédent article; et le petit nouveau Cirkle (anciennement Reason 2).

Fruits et légumes

Efarmz

Chez Efarmz (lien de parrainage), les produits sont souvent labellisés bio et proviennent de producteurs qui travaillent en cycles courts. Les produits sont récoltés ou fabriqués sur demande donc super frais et proviennent soit d’agriculture biologique soit d’agriculture intégrée.

Efarmz livre à Bruxelles et dans d’autres régions de la Belgique. Il est possible d’être livré le mercredi (commande avant le lundi 12h) ou le vendredi (commande avant le mercredi 12h).

Ce que j’aime avec Efarmz c’est que leur site est super clair à utiliser, on reçoit chaque semaine une newsletter sympa, il y a de chouettes recettes hebdomadaires comme la « soupe de la semaine » et « les smoothies de la semaine » mais aussi des recettes qui varient d’une semaine à l’autre. Pour chaque recette, on reçoit tous les ingrédients dont on a besoin dans la quantité dont on a besoin. Il y a beaucoup de produits belges aussi. De plus, ils livrent à vélo à Bruxelles. Et ils ont aussi plein de points dépôts. Il y a donc facilement moyen de réduire les frais de livraison.

Ce que j’aime moins c’est qu’il y a des délais à respecter pour commander qui sont souvent en décalage avec le moment où je dois me réapprovisionner. Par exemple, si je veux passer une commande le vendredi, je ne l’aurai que le mercredi soit 5 jours après. Alors que si je veux passer une commande le lundi après-midi, je ne l’aurai que vendredi. Cela demande un peu d’organisation.

Je n’aime pas non plus la gestion des emballages. Les légumes ne sont pas toujours emballés et s’ils le sont, ils sont dans des sacs en papier donc ça c’est bien. Mais tout est livré dans de grandes boîtes en carton que les dépôts ne veulent pas toujours garder parce que ça encombre leur stock et que Bpost ou les livreurs à vélo ne reprennent pas quand ils viennent livrer à domicile. Du coup on se retrouve avec des boîtes qu’on ne peut pas leur rendre, et c’est con parce que le concept c’est de rendre ses emballages pour qu’ils soient réutilisés.

Cirkle

Ces deux petits inconvénients, les délais pour passer commande et la gestion des emballages, m’ont poussée à chercher une alternative. Je suis tombée à l’époque sur Reason2. Le site était vraiment moche, pas clair, pas agréable à utiliser. Mais ce que j’ai aimé, c’est leur panier des essentiels bio. Tu paies 48,99€ et tu as de la viande (pour 3 repas, ce qui nous convient car nous ne mangeons pas de viande tous les jours), des légumes et des fruits pour deux personnes pour la semaine ainsi qu’une brique d’1L de lait et six oeufs. Tu peux indiquer dans une liste à part les aliments que tu n’aimes pas, ils seront ainsi retirés du panier s’ils étaient au menu pour une semaine donnée. Le seul problème de cette liste c’est qu’elle ne contient que des fruits et légumes, qui en plus ne sont pas dans l’ordre alphabétique donc c’est pas évident de s’y retrouver.

Il y a aussi des recettes en kit sur le site, et on peut soit prendre le panier des recettes de la semaine soit piocher « à la carte » ce qu’on veut si une recette de la semaine ne nous convient pas.

Aujourd’hui, Reason2 s’appelle Cirkle et le site a été totalement refait et est beaucoup mieux ! La navigation est beaucoup plus claire et ça donne envie. 80% des produits proviennent du Benelux et 90% des produits sont bio. Tout est récolté et emballé le jour de la commande donc super frais aussi.

On peut commander sur Cirkle quand on veut et organiser la livraison du mardi au vendredi via Cirkle (3€ en journée, 6€ en soirée mais seulement pour certaines communes) ou en soirée par Combo by Bpost (9,95€).

Ce que j’adore c’est qu’ils ont la viande Jack O’Shea qui pour moi est vraiment la meilleure. Un steak de boeuf de Jack O’Shea n’a rien à voir avec le steak que tu achètes chez Colruyt. Et l’avantage avec les recettes en kit c’est qu’on reçoit de la viande Jack O’Shea sans la payer trop cher (car à part et à la pièce, ça représente un budget important). Dans le panier des essentiels, la viande provient d’une ferme du Brabant Flamand. Elle est bonne aussi, mais pas autant que celle de Jack O’Shea

J’ai cependant arrêté de commander le panier des essentiels bio car je suis déçue par les choix de viande. Il y a très souvent de l’agneau dans le panier pour 2 personnes ces derniers temps et je n’aime pas l’agneau. Ainsi que fréquemment des carbonnades de porc, que je n’aime pas non plus. Comme les viandes ne sont pas dans la « liste des indésirables », je ne peux pas avoir d’alternative à la place. Je préfère donc pour le moment commander les paniers de fruits et de légumes et les recettes en kit qui contiennent de la viande Jack O’Shea.

Tu achètes bio toi ?

J'agis

J’en ai ras le bol d’étudier les étiquettes

20 novembre 2014

Préambule : attention, ça va être long ;-)

Je me souviens, quand j’étais enfant et qu’on allait faire les courses. Ma maman, ma grand-mère, peu importe qui j’accompagnais, avait sa petite liste de courses correspondant aux menus qu’elle avait en tête et aux besoins de la famille. De la viande, des légumes, des pâtes, du fromage, des biscuits, du shampoing, du savon… Pour décider, elles se basaient sur les prix. Les courses étaient relativement vite expédiées quand je n’étais pas là puisqu’elles connaissaient bien les rayons et n’étaient pas dérangées par une petite fille qui veut tout le temps ajouter des produits qui n’étaient pas prévus ou des produits de marque alors qu’elles voulaient plutôt prendre les alternatives des marques distributeurs.

Je n’ose pas imaginer le décalage si j’ai un jour une fille ou une petite-fille qui m’accompagnera faire les courses. Parce qu’aujourd’hui, mes courses à moi, elles me prennent UNE PLOMBE. J’admire à chaque fois la patience de mon amoureux lorsqu’il m’accompagne. C’est bien simple, je lis TOUT. Je veux savoir d’où proviennent mes fruits et mes légumes, je veux savoir quel pourcentage de farine complète il y a dans mes pâtes, je veux savoir s’il y a du lactose dans les produits laitiers et la charcuterie que j’achète, s’il y a des fruits dans mes yaourts, je veux savoir d’où provient ma viande, d’où proviennent mes oeufs. Il y a des jours où je pense même être atteinte d’un TOC, que ça ne doit pas être normal de vérifier autant les étiquettes avant d’acheter.  Mais il y a d’autres jours où j’en ai tellement marre que je me contente d’acheter selon les labels bio. Heureusement, en alimentation, c’est assez contrôlé et on peut généralement s’y fier. Après, il y a d’autres débats comme le saumon sauvage est-il vraiment meilleur que le saumon sauvage ? Le saumon bio est-il vraiment moins toxique que le saumon pas bio ? Et la prise de tête recommence…

Pourquoi je fais ça ?

Tu te demandes peut-être déjà à ce stade pourquoi je fais ça. Je le fais tout d’abord parce que je veux savoir ce que je mange, ce que je mets dans mon assiette. Il y a eu tellement de scandales alimentaires ces derniers temps que j’en ai réalisé qu’en achetant des produits « classiques » ou pire encore des produits préparés, on ne sait pas ce qu’on mange. Ensuite, je le fais parce que je suis préoccupée par l’environnement et la planète. Je suis contre cette surconsommation des ressources qui sont, en plus, totalement mal redistribuées. Depuis le 19 août de cette année, nous sommes en déficit écologique. On a consommé la totalité des ressources que la Terre peut produire cette année.

Ce jour arrive de plus en plus tôt au fil des années (un jour plus tôt par rapport à 2013, un mois et demi plus tôt par rapport à 2000). Lire ça, ça fait peur. Je me dis qu’on est en train de détruire notre planète. Alors je fais ce que je peux pour limiter mon empreinte écologique, et cela passe par mon alimentation. Mes fruits et légumes sont parfois bio, parfois pas car je privilégie aussi la proximité. Quand je passe commande à La Ruche qui dit oui, par exemple, où les produits ne sont pas tous bio comme sur efarmz, je privilégie la proximité. Je préfère acheter un produit qui n’est pas bio et qui vient d’une petite ferme belge qu’un produit bio qui vient de loin. Cela a pour conséquence aussi que je ne mange pratiquement que des fruits et légumes de saison.

À ce stade, je sais que je m’expose aux critiques des monsieur et madame parfaits. Tu vois sûrement de qui je veux parler. Ce sont ceux qui vont toujours aller chercher la petite bête, la petite incohérence qui n’en est pas vraiment une, dans ce que tu fais. « Tu achètes des produits bio mais tu pars en vacances en avion donc ça sert à rien ce que tu fais », ce genre de trucs-là. Je n’ai pas envie de partir dans des justifications car tout d’abord je déteste le faire, et que de toute façon j’estime ne pas devoir me justifier auprès de n’importe qui. Je fais ce que je peux à mon échelle et si tout le monde faisait un petit effort, que ce soit en réduisant l’utilisation de sa voiture, en achetant des produits bio ou respectueux de l’environnement ou encore en triant correctement ses poubelles, ce serait déjà un pas dans la bonne direction.

Le cas des cosmétiques

Pour les cosmétiques, la situation est encore différente car je galère tout simplement à trouver des produits correspondant à tous mes critères. J’ai testé la cosmétique bio il y a des années, j’ai eu des réactions allergiques car les produits naturels sont souvent plus allergènes que les produits issus de la pétrochimie. Mais j’ai aussi des réactions allergiques avec des cosmétiques de l’industrie pétrochimique. Ma dermatologue avait déjà repéré lorsque j’étais ado que je ne tolérais pas bien les sulfates, qui sont irritants pour la peau. J’ai dû arrêter d’utiliser des gels douche avec des sulfates car j’avais développé de l’eczéma. As-tu déjà essayé d’acheter un shampoing ou un gel douche sans sulfates ? Je te souhaite bon courage ! Car ces sulfates sont des agents moussants, on les utilise dans les produits pour qu’ils moussent bien. Les produits qui n’en ont pas, typiquement certains produits bio par exemple, moussent parfois difficilement et sont moins agréables à utiliser. Certains produits en sont bourrés et si je ne fais pas attention, typiquement avec les shampoings, je dois d’office faire une cure d’un shampoing de pharmacie pour calmer mon cuir chevelu totalement irrité. Je dois donc systématiquement étudier la composition pour déceler la présence de sulfates. Et je dois aussi me renseigner sur les alternatives, les remplaçants afin de ne pas remplacer un mauvais composant par un autre tout aussi mauvais. Je suis le blog de Mini pour me tenir au maximum au courant de tout ce qui concerne les produits cheveux.

labels bio cosmétiques

Source de l’image: Mademoiselle Bio

Pourquoi j’en ai marre ?

Parce que c’est juste la jungle. On est mal informés, on est floués par le marketing, les labels ne veulent rien dire, d’ailleurs il y en a trop (pour les cosmétiques, les plus strictes sont ecogarantie et Nature et Progrès). On te dit que les parabens sont pas bons, tu les vires, et tu te rends compte que le remplaçant est encore pire.

Cette émission d’On n’est pas des pigeons du 4 novembre sur les cosmétiques est d’ailleurs très éclairante. Tout d’abord en ce qui concerne les composants, mettant le doigt sur le remplaçant du paraben, le méthylisothiazolinone, autorisé par le passé puis interdit, réinstauré depuis que le paraben a été déclaré ennemi numéro 1, interdit dans les produits qui ne se rincent pas. Ce composant est pire que le paraben, il est plus allergisant, et on le trouve quasi partout. Je viens de regarder la composition de ma crème pour les mains du bureau de Natura Brasil, qui ne se rince pas, et bam il y en a dedans… Et en plus des produits cosmétiques, il est présent dans les produits d’entretien. Donc si tu te dis que ça n’est pas grave parce qu’il n’y en a que dans ton démaquillant que tu utilises une fois par jour mais qu’il y en a dans ton produit de vaisselle, tes lingettes nettoyantes, ton produit de nettoyage multisurfaces etc ça fait quand même une sacrée exposition à ce produit irritant et allergène.

Le produit irritant va te causer des réactions à force de l’utiliser alors que le produit allergène, tu peux y devenir allergique à force d’être en contact avec et ce du jour au lendemain.

Un autre moment intéressant dans le reportage est le débat « cosmétiques chimiques » versus « cosmétiques bio ou naturels ». Dont la terminologie est erronée car comme précisé dans la vidéo, les produits naturels sont aussi chimiques. Le mot « chimique » est devenu un gros mot, l’opposant de « naturel » alors que le naturel est chimique aussi. Je ne sais pas trop où je me positionne dans ce débat car j’ai bien vu que certains produits naturels ne me conviennent pas et j’avais déjà remarqué qu’il y a des gros mensonges avec certains labels. J’avance petit pas par petit pas, j’essaie d’avoir des échantillons d’abord pour m’assurer de tolérer le truc. Mais mon armoire de salle de bain contient autant de produits naturels ou bio que de produits classiques.

Dans ce reportage, j’ai aussi appris que des composants dont je ne me préoccupais pas peuvent me faire autant si pas plus de mal que ceux que j’ai décidé de supprimer comme le limonene, un parfum qui est très allergisant et présent dans les huiles essentielles. Il y en a dans plusieurs produits naturels que j’utilise et il est quasi chaque fois accompagné d’une astérisque qui signifie « présent naturellement dans les huiles essentielles » ou quelque chose de ce genre.  Il y a aussi le cocamidopropyl qui est un agent moussant comme les sulfats mais qui est allergène. Si ça se trouve c’est lui qui m’irrite le plus le cuir chevelu.

Tu la vois venir la prise de tête pour acheter des cosmétiques ou des produits d’entretien sans ces composants ? C’est fatiguant. Il y a vraiment des jours, comme aujourd’hui, où je n’en peux plus de devoir à ce point toujours tout étudier et scruter avant d’acheter. Tu fais ça aussi toi ?

Je me pomponne

Ma routine soin visage 100% huiles bio

7 avril 2014

Le titre doit étonner les plus fidèles d’entre vous : la dernière fois que j’ai parlé de cosmétiques ici, j’étais bien loin d’utiliser des produits cosmétiques bio sur mon visage. Trop d’expériences avec des allergies, et une méfiance un peu trop accrue de ma part sans doute…

Sauf que cet hiver, je n’ai vraiment plus su quoi faire avec ma peau. Rougeurs, tiraillements, déshydratation. Les crèmes pour peaux sèches étaient trop riches, les crèmes pour peaux normales pas assez : impossible de trouver une crème de jour qui me convienne.

[iframe src= »//embed.gettyimages.com/embed/85627366?et=zOHIKeAdb06VB6bz6LD5xA&sig=3cxVbsji0T3AcLYwpdoVub_9Pw18BR1qpARKH7sT5es= » width= »508″ height= »407″ frameborder= »0″ scrolling= »no »>]

Continue Reading

J'achète Je mange

Efarmz : l’e-shop de produits bio en provenance directe de nos fermes belges

11 février 2014

Alors le bio et moi, c’est une grande histoire. Je fais à tel point une fixette dessus que dans mon entourage, tout le monde me traite de bobo, ce qui me fait beaucoup rire. Par contre, je ne prends jamais le temps d’expliquer ma démarche. C’est tellement devenu une mode, et il y a tant d’entreprises qui l’utilisent pour faire du greenwashing, qu’on oublie la volonté qu’il y a derrière. C’est pour ça que je ne devrais plus dire que je mange bio, mais que je suis plutôt adepte du slow food.

Continue Reading

Je me pomponne

Le nettoyage bio des pinceaux de maquillage de la flemmarde

5 octobre 2013

Nettoyer mes pinceaux de maquillage, voilà quelque chose que je ne faisais (jusqu’à présent) pas assez souvent. Quand on sait le nid potentiel de bactéries que peut être un pinceau de maquillage, il y a pourtant de quoi frémir. Ils peuvent être la source de boutons, rougeurs, allergies en tout genre. Il est donc important de bien les nettoyer.

Continue Reading

Je me pomponne

Le bio pour avoir de beaux cheveux

4 novembre 2011

Avec mes cheveux, je suis super stricte. Quand j’ai découvert les produits Lush, des « cosmétiques frais faits main » j’ai été séduite par le concept tout de suite. D’un shampooing solide à un autre, en passant par Big et autres shampooings liquides, je me suis retrouvée avec une panoplie de produits assez complète. Au point de n’acheter plus que chez eux les produits pour mes cheveux pendant deux ans et n’aller que dans des salons de coiffure bio. Sauf que.

Dans ma tête de brune au balayage tie-and-dye tirant sur le blond, j’ai assimilé le « cosmétiques frais faits main » au bio. Me disant « ras le bol des saletés chimiques » je n’ai pas réalisé qu’avec ces produits-là, j’en imposais toujours à ma tignasse quotidiennement. Oui, quotidiennement, car je me lavais les cheveux tous les jours.  Par exemple, les shampooings solides sont composés en grande partie de produits naturels. Cependant, ils contiennent du laurylsulfate, assez décapant et qui peut causer des affections de la peau ou de cuir chevelu. (Lire : Le sodium laurylsulfate un danger présent)
Continue Reading